Participants

Jean-Paul Delahaye

Professeur émérite à l’Université de Lille et chercheur au Centre de recherche en informatique signal et automatique de Lille (UMR CNRS 9189). Ses travaux portent sur l’utilisation de la logique en Intelligence artificielle, sur la théorie
des jeux, la modélisation du hasard, et aujourd’hui sur la théorie
algorithmique de l’information (complexité de Kolmogorov) avec
des applications à la bioinformatique, à la finance et aux monnaies
cryptographiques. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres.


Côme Mosta-Heirt

Il est né en 1946, au Havre. Il vit et travaille à Paris et Etretat. Après des études à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et à la Sorbonne, il est profondément marqué par les cours de Bernard Teyssèdre et par ceux, à l’école du Louvre, de Jacques Thirion sur l’art Roman. Il commence alors sa carrière d’artiste. Encore étudiant, sa rencontre avec François Mathey conservateur au Musée des arts décoratifs, est décisive. Le grand conservateur lui confie une série de conférences sur l’art contemporain et l’engage à devenir artiste. Côme Mosta-Heirt part à New York et découvre la vie d’artiste dans Soho. À partir de cette époque, il s’y rendra et y travaillera régulièrement. Il y rencontre Richard Serra, Keith Sonnier, Mark di Suvero, Grosvenor, Lawrence Weiner. Joseph Kosuth, Daniel Buren, Robert Rauschenberg, Tony Smith. Côme Mosta-Heirt travaille sur les relations qu’entretiennent des volumes colorés avec l’espace, ainsi qu’une œuvre de dessins et de vidéo. Il déploie une pratique formée d’interactions entre les êtres et les formes. Son travail est présent dans de nombreuses collections privées et publiques.


Anatoli Vlassov est artiste chercheur, danseur, chorégraphe et vidéaste avec une double culture franco-russe. Depuis 2003, il crée des chorégraphies avec des corps de métiers spécifiques, des personnes touchées par l’autisme et explore aujourd’hui les relations entre corporéité et langage.
Danseuse et chercheuse, Alice Gervais-Ragu mène actuellement une thèse au Département danse de l’Université Paris 8. Ses travaux tentent notamment d’articuler ensemble imaginaires chorégraphiques, modes d’existences et systèmes économiques, à partir de la notion de milieu.
Matthias Herrmann est danseur, comédien et chercheur en danse. Il poursuit des études de philosophie et se spécialise ensuite dans la recherche en danse.

Noémie Combe
Née le 11 décembre 1990 d’une mère polonaise et d’un père français est
actuellement Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en mathématiques à l’université Pierre et Marie Curie. Elle a fait son Bachelor et son Master à l’université de Genève où elle a travaillé avec Daniel Coray sur les surfaces algébriques. Noémie a participé à l’entraînement aux olympiades de mathématiques française. Noémie Combe est aussi violoniste. Elle a découvert le monde de violon à l’âge de 3 ans avec une violoniste russe. Elle a suivi entre autres des cours avec Zachar Bron , Silvia Marcovici et Stefan Georghiu. Parallèlement elle a participé à de nombreux concours de violon.

Nicolas Bouleau
Il considère que modéliser c’est parler un langage étendu d’usage plus large que ce que la science ambitionne comme connaissance collective. Il étudie dans La modélisation critique comment construire des contre-modélisations qui contribuent à amender et enrichir l’appréhension des problèmes sous un jour pluraliste. Dans Risk and Meaning il aborde la question de l’opposition du sens et du hasard à travers des exemples dans tous les domaines culturels allant de la peinture, l’architecture et la musique à la poésie, la biologie et l’astronomie. Ensuite, les risques ne sont plus perçus
de la même manière. Pour lui dans une période de grande incertitude il convient de penser à la prudence à un niveau supérieur, qui tienne compte vraiment les différentes interprétations subjectives du monde.

Yann Toma

Artiste-théoricien, Professeur d’Arts plastiques à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre titulaire de l’Institut ACTE où il dirige l’équipe Art&Flux (Institut ACTE, UMR 8218, CNRS-Paris1- Sorbonne). Il est président de Sorbonne Develop-pement Durable. Il a créé et dirige le Master « Art et Création Internationale » de l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Son travail croise la question de l’énergie et des réseaux, tout autant que celle de l’éthique, du bien commun et du développement durable. (Dynamo-Fukushima, Grand Palais, septembre 2011 et Human Energy, Tour Eiffel, décembre 2015). Yann Toma est auditeur de l’IHEST (Institut de s Hautes Études en Sciences et Technologies – Ministère de la Recherche). Il est président de Sorbonne Développement Durable.


Antoine Mandel

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’équipe Économie Mathématiques et jeux du Centre ’Economie de la Sorbonne (CES – UMR 8174). Docteur en Mathématiques appliquées, ses recherches sont orientées vers les modèles multi-agents, l’économie du changement climatique, la théorie de l’équilibre ainsi que la théorie des jeux.


photoxia

Alexia Antofuermo

est artiste plasticienne,
doctorante en arts plastiques au sein du groupe
de recherche Art&Flux à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et coresponsable de la plateforme
de recherches artistiques et scientifiques
Axone[s] et de la rubrique Empreintes technologiques.
Par le biais de la science, de la fiction et de l’archéologie, elle mène une recherche sur l’évolution
des technologies actuelles (images de synthèse,
fabrications additives, gravure laser) en les mêlant
à des techniques ancestrales. Elle expérimente ces
technologies en travaillant à partir de systèmes typographiques et d’images de synthèses matérialisées
à-travers différentes machines et matériaux. Ses recherches interrogent la manière dont nous
façonnons l’espace et l’empreinte laissée par ces technologies dans notre société.


_DSC9892

Etienne Armand Amato

étudie les mondes numériques depuis 1999 sous les différentes formes : jeux vidéo, réalités virtuelles, univers persistants, mais aussi réseaux socio-numériques et plateformes d’intermédiation vidéo. Il a développé sa thèse de la co-instanciation depuis une dizaine d’année et s’emploie à rendre plus lisibles et intelligibles les logiques techno-sociales à l’oeuvre. Issu des recherches hypermédiatiques du laboratoire Paragraphe de l’Université Paris 8, il a essaimé ses résultats dans plusieurs lieux professionnels (Gobelins, l’école de l’image, IHEST) et entretient de nombreuses collaborations avec des artistes du numérique.


nicolas_benvegnu-rd

Nicolas Benvegnu

est sociologue ses recherches et ses enseignements portent sur l’élaboration des politiques énergétiques et plus précisément sur les instruments de pilotage de la transition énergétique. Il dirige le programme Forccast (Formation par la cartographie à la cartographie des controverses pour l’analyse des sciences et des techniques), une initiative d’excellence en formations innovantes qui compte 14 partenaires et dont le but est de développer l’analyse des controverses auprès de différents publics (http://controverses.org/)


claude bruter
Claude Bruter

est professeur de mathématiques à l’université Paris Est Créteil. Il a créé les premières expositions « mathématiques et arts » permettant à tout public de se familiariser un peu et sans effort avec le monde si riche des objets mathématiques. En partie pour susciter au sein de la communauté scientifique et artistique européenne la création d’oeuvres permettant d’alimenter ces expositions aux effets bénéfiques, il a fondé la Société Européenne pour les Mathématiques et les Arts (ESMA). Ces expositions sont aujourd’hui accompagnées d’exposés d’initiation au contenu mathématique des oeuvres pour les publics scolaires, et de conférences pour des publics variés. Les colloques triannuels (Paris, Cagliari, Ljubljana) permettent de montrer l’intérêt de la présence des oeuvres d’art pour la pédagogie des mathématiques, de montrer l’implication des mathématiques récentes dans la création d’oeuvres d’art, voire de susciter de nouveaux développements des mathématiques à partir de l’examen de certaines oeuvres d’art (objets en tant qu’espaces fibres à singularités coniques, objets non convexes).


s200_dominique.chateau

Dominique Chateau

est philosophe et Professeur émérite en esthétique à Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il enseigne depuis 1974 la philosophie de l’art, l’esthétique et les études cinématographiques. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles (« Épistémologie de l’esthétique », Paris, L’Harmattan, 2000, « Sémiotique et esthétique de l’image : théorie de l’iconicité », Paris, L’Harmattan, 2007, « orman McLaren : pensée-cinéma et cinéplastique», Nouvelles Vues, no 17, hiver-printemps 2016.)


celiancolon
Celian Colon

Engineer & PhD engaged in entrepreneurial projects, with a top-level expertise in mathematical modeling and
sustainability.


Patrice Crespy
Patrice Crespy

est concepteur, éditeur et producteur de jeux de rôles et de jeux vidéos depuis 2006, Patrice Crespy a enseigné le Game Design auprès de la branche indienne de Supinfogame de 2014 à 2017 et du diplôme Interactive Digital Experiences de l’École des Gobelins. Il poursuit actuellement un travail de recherche bilingue à l’université de Paris 8 sous la direction de Pierre Quettier et d’Étienne Armand Amato autour de la question de “La génération procédurale de la narration dans les jeux”.


laurent derobert
Laurent Derobert

est docteur en sciences économiques et chercheur (CNRS-GREQAM et Université d’Avignon), il interroge notre rapport au monde sous forme algébrique et produit des équations tels des poèmes rigoureux et sensibles. Son propos est de reconquérir, à l’aide de l’outil mathématique, des champs inexplorés de la conscience et des rapports humains. Ce qui échappe, ce qui se dérobe, trouve, le temps d’une formule, une densité méditative. « Force d’attraction de l’être rêvé », « Asymptote des mondes », « Vitesse de libération » … D’une formule à l’autre, il est question de réduire le dédale intérieur de chacun, cette distance labyrinthique qui nous sépare de nous-mêmes, de ce que nous croyons être, de ce que nous rêvons d’être.


jeromedupin
Jérôme Dupin

Artiste et professeur des écoles nationales supérieures d’art
Membre du Laboratoire Art et Flux – Institut ACTE – UMR 8218 – CNRS / Université Panthéon Sorbonne Paris I


AurélieHerbet
Aurélie Herbet

est plasticienne, docteure en arts plastiques (de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), Maître de conférences à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, chercheure au sein de deux équipes de recherche de l’UMR ACTE/CNRS (équipes Art & Flux et Fictions et interactions) et chercheure associée à l’École Nationale supérieure des Arts Décoratifs (programme de recherche Espace Numérique-Extension de la Réalité/Spatial Media).
Depuis 2009, elle est spécialisée en art et média numériques ; son travail porte plus particulièrement sur les nouvelles formes de narrations issues du développement des supports numériques (tablettes tactiles, dispositifs participatifs hypermédiatiques, environnements sonores, etc.).


Jacquard2
Christian Jaccard

est un plasticien de nationalité suisse et française, né le 2 avril 19391 à Fontenay-sous-Bois. Artiste du processus de combustion, il est l’auteur du « concept supranodal ».


andreskarpf
Andreas Karpf

is an Econometrician with a particular interest in the technical side of Empirical Economics. His research focuses on the interdependence of agents expectation formation, or more generally, on how microlevel interactions are reflected in macro outcomes. In the recent years, his research interest thus converged towards the empirical research of complex systems and the technical questions which arise when handling huge amounts of relational data.


balasz_kegl_0
Balázs Kégl

Titulaire d’un doctorat en science informatique, Balázs Kégl est chercheur au sein du Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire du CNRS depuis 2006 et pilote du Center for Data Science.
Il a publié plus d’une centaine d’articles sur l’apprentissage non supervisé et supervisé, l’optimisation et l’inférence bayésienne à grande échelle, et sur diverses applications. A son poste actuel, il a été à la tête de l’équipe AppStat qui a travaillé sur le Machine Learning et sur les problèmes d’inférence statistique motivés par des applications en particules de haute énergie et physique des astroparticules.


anna longo
Anna Longo

est docteure en philosophie esthétique et ATER à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne – institut ACTE. Elle s’occupe de métaphysique dans le cadre d’un projet de réunification systématique de l’expérience intégrant à la fois l’art et la science. Elle a dirigé plusieurs ouvrages : La Genèse du transcendental (2017), Breaking the spell : speculative realism under discussion (2015), Time without becoming (2014), Il divenire della conoscenza (2013).


moulon
Dominique Moulon

Critique d’art et curateur indépendant, Dominique Moulon a étudié les arts visuels à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art (ENSA) de Bourges et est titulaire d’un doctorat en Arts et Sciences de l’Art. Il est membre de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH), de l’Association International des Critiques d’Art (AICA), de l’Association Internationale des Commissaires en Art Contemporain (IKT) et du Prix Opline pour l’art contemporain en ligne. Fondateur du site MediaArtDesign.net et initiateur du MoocDigitalMedia.paris, il écrit des articles pour Art Press, Digital MCD, The Seen, Neural et est aussi le Directeur Artistique de la media art fair Variation (Show Off). Dominique Moulon enseigne les digital médias à l’Ecole Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques (EPSAA) de la Ville de Paris, à l’Ecole de Communication Visuelle (ECV) et la Parsons (The New School for Design). Auteur des ouvrages Art Contemporain Nouveaux Médias et Art et Numérique en Résonance, il poursuit des recherches au sein du laboratoire Art & Flux (CNRS) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne tout en préparant un prochain livre s’articulant autour des relations entre art, numérique et société.


NapoliDavide
Davide Napoli

est docteur en philosophie et en arts et sciences de l’art, écrivain et plasticien, il explore les formes performantes du geste de la pensée, du dessin et de l’écriture, avec une recherche poétique sur le vide, sur le temps, sur le fantôme, sur la videsse, vitesse du vide, sur l’altérité de la démesure, sur le fantasme, sur le plastémique, fusion entre le plastique et l’épistémique, sur la lumière noire, sur l’altérité de l’uchronie, sur les échos de l’inconscient. Enseignant en Arts Plastiques à l’université Paris I, Panthéon Sorbonne. Professeur de Méthodologies et techniques du contemporain, à l’Ecole des Beaux-Arts de Palerme, Italie. Membre de l’équipe de recherche Art & Flux et Art et Care, Institut ACTE (UMR 8218, CNRS, Sorbonne.)


photo
Miquel Oliu Barton

est Maître de Conférences en mathématiques à l’Université Paris-Dauphine et Metteur en scène / Compagnie Artépo. Ses recherches principales concernent la théorie des jeux, la microéconomie, mais aussi la théorie des probabilités ou les jeux d’apprentissage. Côté recherche, il s’intéresse aux problèmes liés au manque d’information et à la dynamique, dans les jeux non-coopératifs. Il a participé à diverses publications (Mathematics of Operations Research, entre autres). Côté théâtre, sa dernière mise en scène date de cet été (Ode Maritime, de Pessoa, avec Stanislas Roquette).


Barbaraportailler
Barbara Portailler

développe depuis plusieurs années le concept d’« art circulaire » pour reconfigurer notre rapport au monde, de manière durable, sans pour autant faire table rase. Il s’agit d’un reconditionnement des valeurs nominatives, éthiques et sociales en écho aux défis environnementaux et sociétaux. Dans sa pratique artistique, il s’agit tant de conceptualiser que de mettre en forme des réseaux de valeurs circulaires (recyclage vertueux des ressources au sens large, économique, social, environnementale et éthique) dans l’espace public-privé, oeuvrant comme partie prenante de la société, via une pratique artistique participative. Barbara Portailler est intégrée à l’équipe de recherche Art & Flux (UMR ACTE/ CNRS). Elle est résidente permanente au centre d’art le 6B à Saint-Denis.


amirsani
Amir Sani

a research associate with Rama Cont at the CFM-Imperial Institute of Quantitative Finance within the Department of Mathematics at Imperial College London developing algorithms and models for financial markets. I am also an external research fellow at the Institute of Economics at Scuola Superiore Sant’Anna Pisa working with Francesco Lamperti and Andrea Roventini on efficient and practical algorithms for agent-based model calibration, validation and sensitivity analysis.
Previously, I was a postdoctoral research fellow in the EU Horizons 2020 Future and Emerging Technologies DOLFINS project at the Centre d’Économie de la Sorbonne, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. I completed my PhD, Machine Learning for Decision Making Under Uncertainty, under the supervision of Rémi Munos and Alessandro Lazaric as part of the SequeL team in INRIA-Lille Nord Europe .